Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Andaloussiate

Andaloussiate


A propos du « Cheikh »…

Publié par Andaloussiate sur 30 Septembre 2006, 15:23pm

Catégories : #Publications- Interviews

 

 Qu’est-ce qu’un « Cheikh » ?

                           Interview avec Dr. Yahia Ghoul

 

1- Comment Dr. Yahia Ghoul définit un « Cheikh » ?

  La méthode orale de transmission, en combinaison avec des dons innés et motivation compulsive personnelle, était la seule forme académique pour la formation d’un Cheikh. Ce processus d’apprentissage long et laborieux est basé sur l’importance capitale de la relation maître-à-élève. La résultante est ce musicus perfectus (musicien parfait), qui est essentiellement un homme avec des aptitudes musicales remarquables: un compositeur doué de créativité, un instrumentiste virtuose, un chanteur talentueux avec une mémoire phénoménale, capable également de faire de la poésie avec aisance, et surtout un érudit de grande culture.

  Parmi un grand nombre de musiciens actuels, le concept de “Maître” ou “Cheikh” de ce patrimoine, a été réduit à des dimensions beaucoup plus simplistes, où le critère le plus important demeure celui de la mémorisation, allant jusqu’à négliger tous les autres aspects qualitatifs que nous venons d’énoncer. A présent, un “Cheikh” est défini comme une personne n’ayant plus besoin de se référer à ses livres ou documents durant ses performances, car ayant tout mémorisé. Basé uniquement sur la mémorisation sans même tenir compte de l’instrumentation et des autres critères importants, ce concept est non seulement dépassé, mais ridicule de notre temps. Mémoriser est certainement une chose merveilleuse peut-être, mais c’est une science éphémère et vulnérable au cours de notre cycle biologique, condamnant notre cerveau à rétrécir et à se ratatiner pour subir ce phénomène physiologique de l’oubli qui fait partie intégrale de notre nature humaine.

  Bien que parfois synonyme de l’expérience, l’âge chronologique n’a absolument rien à voir avec le degré d’expertise ou de connaissance. Les facultés d’apprentissage et d’assimilation varient de personne en personne. Connaissance et expertise n’ont jamais été des choses directement héréditaires, car bien de gens intelligents ont engendré des enfants inaptes à toute fonction intellectuelle, de même que l’inverse est totalement vrai aussi. Du point de vue scientifique ou culturel, le droit d’aînesse chronologique n’a aucune signification, et ne doit pas être confondu avec le droit de compétence et de la connaissance au sens stricte du mot. Le grand maître Mohammed Benchabane (Boudolfa, 1853-1914), nous donne un exemple documenté frappant de cette attitude. Celui-ci, en signe de reconnaissance à la compétence de son propre élève, le Cheikh Larbi BenSari, lui ordonna de prendre en charge son orchestre en sa présence. (Cette photo en 1904 montrant Cheikh Boudolfa secondant son propre élève Cheikh Larbi). N’est-ce pas là une preuve de bon sens, d’humilité et d’intégrité intellectuelle de ce grand maître ?

  Nous n’avons pas encore à notre disposition un système d’évaluation quelconque pour nous permettre de mesurer le niveau de connaissance et de compétence de nos musiciens actuels. Le seul moyen entre nos mains est cette notion subjective et notre confiance aveugle dans les musiciens de nos jours qui sont devenu les seules autorités tranchantes pour cette question. La définition réelle d’un Cheikh n’est plus aussi simple qu’elle ne l’était durant les générations précédentes, car les grands connaisseurs et mélomanes avertis ne s’expriment plus, ou ont disparu, et que nos bonnes manières nous empêchent aussi d’appeler un chat, un chat. Il est temps de clarifier les choses et d’essayer d’arriver à un consensus rationnel, et de mettre en place un système beaucoup plus objectif d’évaluation des connaissances de ce patrimoine musical, pour pouvoir dispenser à nos enfants un enseignement solide par des enseignants qualifiés et à la hauteur de leur tâche.

  Etablir un standard logique et rationnel d’évaluation de cette science musicale, nous permettra certainement de mesurer le degré de connaissance d’un musicien quelconque en fonction d’une échelle de mesure beaucoup plus objective, scientifique et palpable. L’absence d’une telle mesure nous exposera au danger de la subjectivité, et l’absence de nos aînés mélomanes crée des conditions favorables pour l’opportunisme de faux prophètes inconscients, ou avec un agenda personnel, qui risquent de tromper un public indulgent non averti, et nous diriger vers une dénaturation de l’intégrité et de l’authenticité de ce patrimoine musical.


   

 

  Nous n’avons pas encore à notre disposition un système d’évaluation quelconque pour nous permettre de mesurer le niveau de connaissance et de compétence de nos musiciens actuels. Le seul moyen entre nos mains est cette notion subjective et notre confiance aveugle dans les musiciens de nos jours qui sont devenu les seules autorités tranchantes pour cette question. La définition réelle d’un Cheikh n’est plus aussi simple qu’elle ne l’était durant les générations précédentes, car les grands connaisseurs et mélomanes avertis ne s’expriment plus, ou ont disparu, et que nos bonnes manières nous empêchent aussi d’appeler un chat, un chat. Il est temps de clarifier les choses et d’essayer d’arriver à un consensus rationnel, et de mettre en place un système beaucoup plus objectif d’évaluation des connaissances de ce patrimoine musical, pour pouvoir dispenser à nos enfants un enseignement solide par des enseignants qualifiés et à la hauteur de leur tâche.

  Etablir un standard logique et rationnel d’évaluation de cette science musicale, nous permettra certainement de mesurer le degré de connaissance d’un musicien quelconque en fonction d’une échelle de mesure beaucoup plus objective, scientifique et palpable. L’absence d’une telle mesure nous exposera au danger de la subjectivité, et l’absence de nos aînés mélomanes crée des conditions favorables pour l’opportunisme de faux prophètes inconscients, ou avec un agenda personnel, qui risquent de tromper un public indulgent non averti, et nous diriger vers une dénaturation de l’intégrité et de l’authenticité de ce patrimoine musical.

 

2- Etre maître implique que la personne en question joue (maîtrise) un, voire plusieurs instruments. Kheiredine Benaboura et Mahieddine Bachetarzi n’étaient pas des instrumentalistes déclarés, pourtant, ils sont qualifiés de « chouyoukh ». Est-ce l’exception qui confirme la règle ? Ton commentaire à ce sujet ?

  Les ayant connus personnellement Kheireddine Benaboura (un bon luthiste) et Mahieddine Bachetarzi n’ont personnellement jamais prétendu au titre de Cheikh, bien qu’ils avaient une formation musicale solide pour mériter ce titre. Tous deux étaient de grands mélomanes d’une modestie exemplaire, et mordus pour la musique andalouse. Maintenant des liens étroits avec les maîtres de cet art, ils ont toujours été à cheval pour encourager et procurer un milieu favorable pour l’apprentissage des jeunes Tous deux m’ont donné cette motivation et encouragement dans mon apprentissage personnel. Malheureusement, à ma connaissance, ils n’ont jamais eu la chance de directement faire profiter des élèves par leurs connaissances musicales potentiellement fructueuses.

 

3- Selon la règle, le maître doit avoir des disciples afin de transmettre son savoir à travers les générations, et permettre à son art une vie continue. Or, il y en a ceux qui ne dispensent d’enseignement qu’à leur progéniture. Méritent-ils d’être qualifiés de maîtres?

  Cette partie répond un peu à ta question précédente. En effet, un maître doit avoir des disciples. Cependant est-il important de tenir compte de leur affiliation génétique ? Je ne pense pas. Le disciple de Ibrahim al-Mawçilî était bien son fils Ishaq al-Mawçilî. Les premiers disciples de Ziryab étaient tout d’abord ses propres enfants.

  La plupart des grands musiciens classiques (JS Bach, Mozart, Beehoven,…) avait des parents et parfois des enfants qui étaient des musiciens aussi. La relation Maître-élève est basée en grande partie sur un rapport de confiance, quelque soit la raison derrière une telle attitude. Les musiciens professionnels étaient également jaloux de leur profession, et la concurrence n’est pas toujours aisée à digérer (c’est humain).

 

4- Généralement, un maître a sa référence : un autre maître avec lequel il a eu un contact et un enseignement directs. Qu’en est-il de ceux qui ont appris la musique dans les conservatoires et dans les plus grandes universités du monde, et qui pratiquent la musique andalouse par passion ? Est-il correct de les surnommer « maîtres »?

  Ce point est assez délicat ! Dû à l’absence d’une échelle de valeur et au manque de processus (examen, test, commission,..) d’évaluation des connaissances d’un individu donné. Si l’évaluation se fait à partir du produit final, il est question d’analyser ce produit final et le passer au peigne fin de l’authenticité. Ce n’est pas très évident et pas du tout facile à faire, car qui oserait le faire pour le moment ? C’est un cercle vicieux en quelque sorte, car l’examinateur lui-même nécessite parfois d’être examiné. Celui qu’on essaye d’évaluer a tout le droit de demander la légitimité d’un tel processus. L’absence d’une structure académique en bonne uniforme, objective et impartiale n’est pas encore sur pieds. Devraient t-on se baser uniquement sur l’impression subjective d’une autorité musicale actuelle ? Même un consensus serait faussé car le favoritisme n’étant pas exclu. Par une sorte d’auto-suffisance arrogante, plusieurs musiciens ont l’illusion et prétendent qu’ils font les choses mieux que leurs prédécesseurs (Cheikh Larbi par exemple), mais ils oublient dans leur myopie qu’il existe des disparités facilement évidentes à travers les comparaisons avec les versions authentiques. Ce problème est commun à plusieurs associations, mais il n’est pas très aisé de montrer du doigt chaque anomalie sans utiliser une analyse musicale honnête, impartiale et scientifique. 

  Il est vrai qu’un véritable Cheikh constitue une sorte de maillon dans la chaîne de transmission de cet art. Comme il est dit : Cheikh bla cheikh law ya`mar jabhu khâlî شيخ بلا شيخ لو يعمر جبحه خالي    

D’où la nécessité d’avoir et de dépendre d’un Cheikh de bonne stature de préférence. Quelque soit le statut que certains s’auto-attribuent parfois, avec beaucoup d’indulgence d’ailleurs, il ne faut pas oublier que nous dépendons totalement de nos prédécesseurs, et que si l’on voit un peu plus loin à l’horizon c’est grâce à leurs épaules sur lesquelles nous sommes perchés.

 

5- Etre maître est-il un facteur inné ? Est-ce que certains ont des prédispositions à devenir « futurs maîtres » dès leur enfance ?

  Pas du tout ! Le facteur génétique aiderait peut-être mais il n’est pas une condition sine qua non. Un exemple : mon professeur de Piano au conservatoire d’Oran, Mr. Francis Dumond était un musicien de concert accompli venant d’une famille de musiciens. Celui-ci avait un frère jumeau qui était allergique à toute forme de musique. Il ne pouvait pas concevoir que la combinaison de quelques notes et rythmes pouvaient engendrer une sensation émotionnelle quelconque. C’est un cas rare mais réel, où le facteur génétique n’explique pas toujours les choses.

  Le plus important à mon avis c’est cette attraction naturelle et la volonté de vouloir accomplir une tache quelconque. Tout peut s’apprendre mais avec des degrés d’habilité et de motivation personnelle. Il y a des bons, des moins bons et des médiocres dans tous les domaines et dans toute profession, malgré les mêmes diplômes et mêmes enseignements à partir d’une source identique. Dieu a imposé des talentueux et des moins talentueux sans l’avis de quiconque : bighayri hissâb. 

 

6- Enfin, avec plus de moyens et de bonnes volontés, est-il possible que nos associations musicales deviennent des « fabriques à maîtres » ?

  Tout a fait possible. Mais mieux si l’élève est à la charge d’un guru qui puisse amplifier les aptitudes naturelles de son disciple, et l’accorder de manière harmonieuse et précise en accordance avec les connaissances solides et surtout honnêtes de son maître. Certains amateurs doués et autodidactes chevronnés sont capables de maîtrise dans ce domaine.

 

 

Commenter cet article

Kawther 11/11/2006 13:37

"Un cheikh ça ne se définit pas..ça s'écoute religieusement...Définir :c'est réduire..et réduire un talent ou un génie à quelques mots c'est prétentieux..Il faut être tlemçénien pour le faire..bon courage! " En d’autres termes, il faudrait laisser le chemin libre aux opportunistes et digérer « religieusement » tout ce qu’ils peuvent prêcher. Au fait sur quel indice faudrait-il se baser pour définir un « talent » ou un « génie » sans déterminer des normes ou une échelle de valeur relative? ___Le « n’importequisme » est un concept artistique nouveau de notre temps, imposé à un public crédule et naïf, le mettant dans l’obligation de l’avaler tout ce qu’on lui présente et sans discussion car il ignore totalement qu’il a affaire à des « génies » puisque qu’il n’y a que ces « génies » qui puissent le savoir___N’est-il pas plus approprié de se jeter des fleurs mutuellement ? Traites moi comme un « talent » et je te traiterai comme un « génie », ou bien propose moi pour une médaille d’or et je te proposerai pour un prix Nobel, et le public n’y verra que des étincelles, et ça ne peut faire que notre bonheur mutuel. Par la force des choses la seule alternative pour ce public naïf (du moins ce que notre talent et génie nous permet d’affirmer) sera obligé de nous croire puisque personne n’osera prouver le contraire. Puisque les circonstances actuelles le permettent, crions sur les toits notre « talent » et notre « génie », pourquoi pas ? Quelqu’un finira par y croire ! Hâda waqt al-ghafla, hatta wâhad mâ yaftan binâ : هذا وقت الغفلة حتى واحد ما يفطن بنا
 

 


Le silence accablant des érudits et vrais connaisseurs, combinée à l’éthique de nos bonnes manières, et l’extrême précaution de ne vouloir blesser l’amour propre de quiconque sont des conditions salutaires et une bénédiction presque divine pour ces opportunistes___Cependant, faisons la part des choses. Il est indéniable que les efforts et sacrifices individuels et collectifs au service de notre patrimoine musical et culturel sont à encourager et à féliciter, et on ne peut que s’enorgueillir d’avoir des individus qui aiment jalousement leur patrimoine et font de leur mieux pour le préserver et le passer aux générations suivantes, avec les moyens du bord comme çà a toujours été le cas pour la plupart de nos associations culturelles. Généralement, ces serviteurs inlassables de notre patrimoine, anonymes la plupart du temps, sont intègres et n’ont point besoin de se proclamer comme des talents ou des génies, car le résultat de leur travail et de leurs efforts suffisent largement pour leur octroyer tous les honneurs qu’ils méritent dûment___Nous ne rendons certainement pas service à nos jeunes talents en leur attribuant d’emblée un titre honorifique quelconque, en gonflant leur ego fragile, et amplifiant le profil narcissique de ces « talents » et « génies » par autodétermination ou par décret. Cela risquerait de briser toute motivation pour un besoin constant d’améliorer et d’apprendre, et d’oublier le fait qu’on n’apprend jamais assez.

* Dans un documentaire qui passe et repasse sur la chaîne Beur TV, on voit Cheikh Moulay Ahmed Benkrizi donner 4 « conditions » pour être maître : 1- Maîtriser son répertoire (le plus nombre de Qsayed s’il s’agit de Chaâbi, et Noubas pour l’andalou classique 2- Savoir jouer au moins d’un instrument 3- Un Cheikh ne doit pas avoir l’impression de tout connaître (pour reprendre les termes de Benkrizi : un maître ne doit pas croire qu’il est arrivé au bout du rouleau) 4- Un maître doit avoir des disciples.
 

Pour le dessert, dans l’une des émissions « nuits Etoilées diffusées les dimanches soirs sur Alger Chaîne 3 l’été dernier, j’ai écouté Cheikh Mohamed Tahar Fergani qualifier son fils Salim de Cheikh, en disant que ce dernier chante sans avoir à mettre le moindre papier devant les yeux !!!

Quels que soient les avis, TOUT se définit, même un gaz inodore et incolore !!!
 


 

 

Tlemcénart 15/10/2006 14:48

Les vrais génies sont rares,ils ne font pas école souvent.
Certes il existe de bons, de très bons  interprètes de la musique andalouse,on reste loin des générations qui avaient fécondé cet art. Citez-nous des noms actuels dignes de transfigurer le répertoire gharnati et autres ?
Les modes de vie ont changé et avec eux les modes musicales.La musique ne profanait pas ses artistes.Tlemcen savait reconnaître le talent musical, ..
Ps!
Tlemcen sans bla bla bla..ce n\\\'est plus Tlemcen ,car tt son art de vivre est dans le Bla...bla bla : " fel Blasse" du  "musée de la musique"  ! (hic!)
Le Ministère de la Culture (si Culture perdure) ,devrait octroyer des moyens aux artistes pour "survivre" dignement!

youssef 14/10/2006 23:49

Petites remarques: je pense qu'à une époque pas très lointaine, il ne devait pas y avoir de blabla concernant les cheikhs et autres maalem.
S'engager dans cette voie est une démarche très certainement réductrice.... et pour la petite histoire (et pour répondre un peu au commentaire précédent) ... il n'y a pas que les tlemceniens pour le faire. sourires))
Dans les années 90, souvenez-vous il y a eu la création d'un comité ah hoc qui regroupaient un certain nombres d'artistes et hommes de culture. Ce comité devait baliser le chemin pour la prise en charge des problèmes que vivaient les artistes qui n'arrivent toujours pas à vivre de leur art.
Je vous épargne toutes les directions et propositions. Mais c'est de  cette époque que date le "qui est qui n'est pas Cheikh"
Pour les artistes du patrimoine, ils ont pensé à une sorte de pension ou quelque chose du genre. C'est alors que des gens au sein même de ce comité se sont "enfoncés" en voulant attribuer cette pension aux seuls cheikhs. Et chacun est y allé pour définir qui était cheikh et qui ne l'était pas. Bien sûr, il y a eu des absurdités et des énormités car chacun voulait ajouter des critères pour être parmi les cheikhs; et même parmi les cheikh al ashyakh... pour recevoir une pension en conséquence... un vrai dessin animé ! Indigne de vrais artistes.
Le plus malheureux dans l'affaire c'est que ceux qui ont fait capoté cette entreprise (en semant la division) n'étaient nullement dans le besoin (vous pouvez consulter la liste des personnalités; mais ils voulaient des pensions , zaama,  à la hauteur de leur statut, on se demande lequel ???!!). 
Des mélomanes avertis, qui ont formé des générations de musiciens, qui ont donné le goût de la chose musicale, qui se sont dévoués pour cette musique à Alger Tlemcen, Constantine, Bedjaïa, et autres coins du pays, restent toujours des anonymes. Et ils continuent à faire le travail de formation avec les moyens du bord.
Alors, comme j'ai dû le dire dans une assemblée de sheikh :"la musique n'a pas besoin de sheikh, mais de serviteurs"  .
Saha ftourkoum

Cheikh 13/10/2006 11:45

Un cheikh ça ne se définit pas..ça s'écoute religieusement...Définir :c'est réduire..et réduire un talent ou un génie à quelques mots c'est prétentieux..Il faut être tlemçénien pour le faire..bon courage!

Kawther 08/10/2006 15:43

Merci pour les encouragements. Pour rendre à César ce qu'il lui appartient, la 1ère question de cette interviw est extraite d'une autre interview faite en 1996 par notre ami Hakim Meziani. Pour le reste de l'interview, elle est exclusivement élaborée par le blog andaloussiate et Dr. Yahia Ghoul que je tiens à remercier encore une fois pour sa disponibilité.
Saha ftourkom.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents