Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Andaloussiate

Andaloussiate


Cheikha Tetma

Publié par Andaloussiate sur 26 Avril 2006, 12:08pm

Catégories : #Maîtres & Biographies

 
TETMA BENTABET: LA REBELLE DE LA CHANSON 
  
 
 
On pouvait lire dans concernant Cheikha Tetma, le titre d’un article de presse daté du 20/04/1996 : Celle par qui le « scandale » arriva... Cette grande dame, qui, à l’époque, fût reniée et exilée par les siens, demeure aujourd’hui l’une des fiertés artistiques de la ville de Tlemcen, un autre symbole de courage algérien conjugué au féminin…
 

Tetma-au-violon.JPG


Quand Fatma, plus connue Tetma naquit en 1891, ses parents étaient séparés, elle grandi alors au sein de la famille de sa mère : Aouicha Bensari, une famille particulièrement mélomane. Premier enseignement à la mosquée Djamaâ Sid El Djabbar où elle apprend des valeurs religieuses et littéraire, ce qui fera d’elle, une femme instruite, sachant lire, ce qui n’était pas le cas de la majorité des femmes de son époque.
Elle doit son enseignement musical principalement aux frères Mohamed et Ghouti Dib, qu’elle côtoya grâce à Cheikh Moulay Driss Medeghri, chez qui se réunissaient certains maîtres de l’époque.
 
En 1915, elle eut la chance de sa vie, celle de chanter en public, à la place de la mairie où se tenait une foire. C’est grâce à Braham Deraï qui l’avait sollicitée pour se joindre à son orchestre en tant que soliste. Ce fût le déclic, c’est là qu’elle commença à se faire connaître, et à enregistrer ses 1ers disques 78 tours chez la maison Pathé…et c’est là qu’ont commencé les ennuis pour elle…car, certaines familles notables se sont révoltées contre le génie féminin, l’accusant du pire dans une pétition, la poussant ainsi à quitter Tlemcen, pour Fez, où elle s’y installa durant 05 ans. En 1925, elle revient à sa ville natale, encore plus forte que jamais, et entama une autre série d’enregistrements chez Polyphone.
 
Faut-il rappeler qu’elle fût la 1ère artiste à avoir introduit le piano dans un orchestre à Tlemcen, grâce à Cheikh Djilali Zerrouki « le virtuose du piano », en qui Tetma avait en lui le soutien du père spirituel. Après la disparition de ce dernier en 1945, notre artiste s’installa à Alger, sollicitée par Boudali Safir pour faire partie de l’orchestre féminin, aux côtés de Fadhéla Dziria, Meriem Fekkaï, Reinette Daoud
Elle rentra à Tlemcen en 1955, vieillie par l’âge, et fatiguée par les rudes épreuves rencontrées tout au long de sa carrière. Elle décéda le 22 avril 1962, quelques mois uniquement avant l’indépendance.
Elle restera la seule femme tlemcenienne de son l’époque à avoir dépassé les limites de l’aspect péjoratif du conservatisme tlemcenien. Son courage, son talent, son géni et son esprit éveillé, ajoutés à ses qualités humaines, ont fait d’elle ce qu’elle était et ce qu’elle sera pour les générations futures. Tetma a ainsi enregistré dans la sanâa, le hawzi, quelques chansonnettes, et une seule qacida dans le madih « Chayeun Eûcht Laboud Tendem » (de Cheikh Sidi Lakhdar Ben Khelouf), qui, ironie du sort, fût son dernier enregistrement chez la maison de disques Odéon.

Emission produite et animée par Kawther Medjadi. Invités: Messieurs Salah Boukli, Mustapha Krabchi, Mohamed Baghli

Commenter cet article

Tlemcénart 18/10/2006 14:33

Pourquoi Rebelle Tetma était belle c'est le plus bel éloge à lui faire :belle dans son art de porter si haut cet art de chanter tlemcénien.Elle  reste si ancrer dans les mémoires à l'égal d'autres grands de la musique. Pourquoi? parce que c'était une dame en avance sur son époque. Elle tenait la mesure de son archer à l'ombre de son patio où elle jouait pour convoquer un destin heureux pour les femmes d'Algérie. Où en est l'Art  au feminin au bled?

Kawther 29/04/2006 11:36

Amel, merci pour le com', ton site est pas mal non plus. Il est aussi à visiter.
Amine, le tlems' exilé (?), il nous reste encore à découvrir plein de choses sur nos maîtres !
Bien musicalement.

amine 27/04/2006 23:18

Aussi, bravo pour cet article, il y a beaucoup de choses que je ne savais pas sur la cheikha, notamment son exil au Maroc.Aujourd'hui, toutes les tlemceniennes doivent lui rendre hommage et la remercier, c'est grâce à elle que des jeunes filles sont acceptées dans les associations musicales tlemceniennes, elle a gagné pour elles ce droit, au prix de sacrifices énormes.A+

amine 27/04/2006 23:14

mais arretez de dire qu'elle est jeune !! ce n'est pas un argument  !!:p

amel 27/04/2006 16:09

Bonjour Kawtar,
Je suis admirative devant la qualité de ton travail! Bravo! Tes articles sont très riches d'informations, et tu connais bcp de choses pour ton âge!
Je pense que tu iras loin, incha Allah!
 
Amitiées

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents