Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Andaloussiate

Andaloussiate


Interview de feu Samy El Maghribi sur Radio El Bahdja

Publié par Andaloussiate sur 8 Avril 2008, 22:26pm

Catégories : #Publications- Interviews

Le 15/09/2002

Extrait retranscrit de l’émission : Diwan El-Bahdja

Avec Nasreddine Baghdadi et feu Tarik Hamouche*

 


 Tarik et Nasreddine :  Bienvenue à la radio Bahdja. Que pouvez-vous nous dire sur vos souvenirs à Alger ?


Samy El-Maghribi :
en 1954, j’avais fait une dizaine de soirées à radio d’Alger suite a une invitation de Mahieddine Bachtarzi. On avait fait une tournée de 16 soirées à l’occasion de Layali Ramadhan, je chantais chaque nuit, en quatre lieux différents, dans chaque lieu je chantais pendant 20 minutes, et le taxi m’attendait pour me prendre d’un lieu à un autre … (sourire).

Tarik et Nasreddine : Vous vous rappelez des lieux où vous chantiez ?

Samy El-Maghribi : Je ne me rappelle pas d’eux, une fois au Padovanie, une fois à Belcourt. Une fois j’avais chanté au cercle, il y avait six mille personnes, trois mille hommes et trois mille femmes … (sourire).

Tarik et Nasreddine : Il y avait aussi les soirées que vous avez animées au cercle franco-musulman… ?

Samy El-Maghribi : Ah oui, ce fut de grands souvenirs ! Un jour j’ai joué avec l’orchestre de Fekhardji, Rahimahou Allah, et on a interprété « Darabatni Bikhinjari mouklataïha », je l’ai chanté devant le public du cercle franco-musulman. Le cercle était rempli cette nuit là, les gens ne trouvaient pas où s’asseoir. Et m’est venu Allah Yerahmou, Boudali Safir, il m’a dit : “Samy, cette nuit, tu sauras si tu seras accepté en Algérie ou bien tu partiras dans ton pays, on ne te verra plus !“… (Sourire). Il m’a dit “Si ces gens ne viendront pas te saluer un à un, oublie l’Algérie, ne viens plus la voir !“… (Sourire). J’ai fait mon effort et on a passé une soirée grandiose. Puis sont venus les gens qui étaient présents, un à un… « Baraka Allahou Fik, Baraka Allahou Fik… ». Alors Boudali Safir m’a dit : “Samy, maintenant les portes de l’Algérie te sont grandes ouvertes !!! “

Tarik et Nasreddine : En tous les cas, les portes de l’Algérie sont toujours ouvertes à Samy El-Maghribi !

Samy El-Maghribi : Hamdullah, Hamdullah… Mon public là bas, juifs et musulmans, tous ils considèrent l’art et apprécient ce que je fais. Hamdullah, Allah Tabaraka wa Taâla.

Tarik et Nasreddine : Maâlem Samy, qui sont les noms, qui sont les personnes dans le domaine artistique, que vous avez connus, lors de votre venue en Algérie en 1954 ?

Samy El-Maghribi : Oui, Abdelkrim Dali, Allah Yerahmou, il a travaillé avec moi, El-Aânka, je l’ai rencontré lui aussi, il n’a pas travaillé avec moi mais on s’est juste croisé et on a fait connaissance, Ahmed Wahbi, Cheikh Laarbi Ben Sari…

Tarik et Nasreddine : Parmi les qacidat de hawzi que vous a donné Cheikh Larbi, « Ya M’sselmin Kelbi », « Hada El-houb El-gheddar »…

Samy El-Maghribi : Justement pour « Hada El-houb El-gheddar », j’étais chez lui, on venait de prendre le thé et je la lui ai demandée. Il m’a dit que je te l’enverrais, il me l’a envoyée. Et puis en 1954 lors de la Hiloula de Tlemcen, se sont réunis à la salle des fêtes de la mairie pendant quatre nuits, pas moins de quatre cent personnes et on a travaillé tous les soirs. A la quatrième soirée, est venu pour m’honorer, Hadj Larbi Ben Sari et n’a pas trouvé où s’asseoir. Il s’est assis avec nous sur scène. Alors j’ai chanté pour lui, cette nuit là, « Hada El-houb El-gheddar » qu’il m’avait donné auparavant… (Sourire). Le public s’est levé, m’a embrassé et nous a applaudit. C’était une chose grandiose que je n’oublierais jamais, des choses qu’on ne peut pas oublier de l’âme et du cœur.

Tarik et Nasreddine : Maâlem Samy, aujourd’hui, la scène artistique et le domaine de la musique andalouse en Algérie, a perdu Cheikh Redouane Ben Sari, Rahimahou Allah, que pouvez vous nous dire à son propos ?

Samy El-Maghribi : Redouane est mort ? Redouane est mort ? Il était à Casablanca ?

Tarik et Nasreddine : Oui à Casablanca et enterré à Casablanca, il y de ça un mois qu’il est mort.

Samy El-Maghribi : Ayayaye!!! Vous savez ce qu’il m’a dit?! Il m’a dit : “Je suis un fils de 85 ans, et je n’ai pas la force pour chanter et faire quoi que ce soit“. Je souhaitais l’inviter pour venir à Montréal. Il était une fois avec moi à Casablanca, quand j’habitais encore là bas. Il est venu et a enregistré avec moi au piano. Il a enregistré avec moi « Ana El Kawi », et « Erraâd » de Ben Slimane...

Tarik et Nasreddine : Vous nous avez dit à Paris que c’était lui qui vous a appris mizene (rythme) el-qcid, le huit temps.

Samy El-Maghribi : Oui, oui, c’est lui qui nous a appris el-mizene de « Ana El Kawi », « Taleb »…

Tarik et Nasreddine : Maâlem Samy, parlez- nous un peu de vos souvenirs avec Reinette.

Samy El-Maghribi : Reinette, Allah Yerhamha, je lui volais de ses chansons ses ‘tzaâbilat’, pour les interpréter dans mes chansons. Un jour, je faisais une ‘tzaâbila’ à elle dans un Stikhbar, elle s’est retourné vers moi avec un sourire et m’a dit : “Yel Khouen (voleur)…“ (Sourire).

Tarik et Nasreddine : Vous vous rappelez une soirée qu’on a faite chez vous à Paris, avec Mustapha Skandrani, Reinette, jusqu’au matin…

Samy El-Maghribi : Oui, je me rappelle. On le refera Inschallah, Bihawli Allah, et la paix sera dans le monde et je viendrais en Algérie et je chanterais Inschallah avec vous et je passerais avec vous ce qui me reste à vivre… Que dieu vous donne la sérénité et la paix en Algérie.

Tarik et Nasreddine : La langue de l’art et de la musique est la langue de la paix.

Samy El-Maghribi: Biensûr, “Qalouha El-wala“. Le monde est devenu difficile, on prie Dieu, Tabaraka Wa Taâla, qu’il le rende rayonnant et qu’il rayonne nos jours. Et que la paix règne dans le monde, juif et musulman.

Tarik et Nasreddine : Quels sont les maîtres que vous aimiez étant jeune ?

Samy El-Maghribi : Parmi les maîtres qui ont marqué ma jeunesse, Zouzou El-Wahrani, Rahimahou Allah, j’étais jeune et j’étais un grand fan de lui, je le considère comme un grand Cheikh… Aussi, Sassi, Dahmane Ben Achour, Lili Labassi…

Tarik et Nasreddine : Quelles sont les activités de Samy El-Maghribi ces dernières années ?

Samy El-Maghribi : Je ferai un concert à Montréal le 27 Mai Inschallah…

Tarik et Nasreddine : On aimerait que vous chantiez en Algérie avec un orchestre algérien avec vous…

Samy El-Maghribi : Ayama-yama!!! Cela est mon souhait, j’attends que le grand Dieu me l’exauce tant que je suis en vie, je chanterais avec vous et vous aurez la paix et l’espoir en Algérie Inschallah…  L’art nous a appris à être des frères, parce que l’art est une chose magnifique dans la vie de l’homme, c’est lui qui nous a permis d’être des frères et pas autre chose, pas autre chose… Salam. 


Hommage à Samy El-Maghribi
envoyé par andaloussiate


* Tarik Hamouche, talentueux producteur d’émissions à la radio algérienne, décédé le 30/08/2004.

Commenter cet article

Mario Scolas 09/04/2008 07:59

Bravo, il s'agit d'une excellente interview ! Mais pourquoi pas faire des liens internes dans les articles où vous parlez de Sami Al Maghribi et de Tarik Hamouche pour mieux naviguer entre vos pages ?Bonne journée !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents