Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Andaloussiate

Andaloussiate


Cheikh Bachir Zerrouki

Publié par Andaloussiate sur 6 Novembre 2007, 21:25pm

Catégories : #Maîtres & Biographies

Zerrouki-10-copie-1.JPG

Bachir Zerrouki
est né le 13/06/1924 à Tlemcen, fils de Dillali Zerrouki, pianiste virtuose qui accompagnait Cheikha Tetma au piano. Jeune il a appris la musique auprès de son père ainsi que Cheikh Omar Bekhchi. Notons qu'il était voisin à Rouch Makhlouf (Btaïna).
Il a fait partie de l’orchestre de la radio de Tlemcen depuis sa création en 1949, sous la direction de Cheikh Larbi BenSari, en tant que musicien et soliste. Il a ainsi assisté à la majorité des enregistrements radiophoniques de CLBS, tout comme on peut le voir sur 2 enregistrements à la télévision algérienne : l’un à Alger (nouba Ghrib), interprêtant un Stikhbar Raml Maya suivi d'un Nsraf Ghrib "Tadhakket Ghossoun Elliqah", et l’autre à la medersa de Tlemcen (nouba Hsine), interprêtant un Nsraf "Min Nadhmihi El Mordjane". Cheikh Larbi a ainsi participé à son perfectionnement musical.
En plus du piano, il jouait de la mandoline, la mandole, la guitare et le violon entier.
Cheikh Bachir Zerrouki s’est ensuite installé à Oran dans les années 60’, où il était côtoyé par plusieurs noms et associations tels Dr. Yahia Ghoul, feu Mohamed Amine Mesli et leur association Nassim El Andalous, que le maître a accompagné lors de plusieurs prestations musicales, ainsi que Dr. Amine Kalfat, président et mandoliniste de l’association Mustapha Belkhodja.
 
Cheikh Bachir Zerrouki était un homme réservé, très modeste et qui ne voulait jamais de "publicité" malgré sa renommée d'excellent musicien, apprécié par tous, nous témoigne-t-on. Il décéda le 20 juillet 2004 à Oran, à l’age de 80 ans.
 
   Zerrouki-20.JPG                                                                                                                               
 1-       Hamedi Fethi                             7- Mohammed Amine Mesli
 2-       Ghoul Yahia                              8- Benalj Ali 
 3-       Zerrouki Bachir                         9 - Chiali Abdeslam              
 4-       Ghaffour Abdelkader                10- Gaouar Benali   
 5-       Ghoul Belkacem                        11- Berrached  Nasreddine 
 6-       Hamedi Rachid                          12- Boudia Hami

Interview avec Dr. Yahia Ghoul de Houston, le 31/05/2007, dans l’émission « Ahl El Andalous », produite et animée par Mokhtar Allal sur Radio Oran.
 
 
1 - Comment avez-vous connu Bachir Zerrouki ?
 Ayant assisté plusieurs fois à certaines prestations au cours du festival de la jeunesse, où NEA en était encore à ses premiers pas, ses premiers balbutiements si l’on peut dire, Cheikh Bachir Zerrouki était venu me voir personnellement en m’offrant gracieusement la possibilité d’être personnellement, entièrement à notre service pour nous aider à apprendre ce patrimoine musical traditionnel. J’avoue que j’étais ému et honoré par une offre pareille d’un tel Maître.
 Peu de temps après, il a été en fait l’instigateur principal, pour offrir à NEA un local pour les répétitions quotidiennes, dans le cercle dirigé par Mustapha Bendimered et Sid-Ahmed Bouchama à Oran (Rahimahoum Allah ajma`în), car jusqu’à ce temps là, les répétitions de NEA se faisaient uniquement dans nos domiciles respectifs.
Par ce biais aussi, dans ce cercle, avec une oreille particulièrement attentive pendant nos répétitions, il n’hésitait aucunement à interrompre souvent son moment de loisir avec ses amis proches, autour d’un jeu de cartes, ou discussions, pour venir suggérer d’autres alternatives et corriger sur le champ toute anomalie possible dans l’exécution des çan`ât, que nous étions dans le processus d’apprendre.
 
2 – Quelles étaient vos relations personnelles ?
 Des relations exceptionnelles ! Chaque soir, après chaque répétition, Hadj Bachir Zerrouki et moi-même, partagions le même trajet pour atteindre, tout d’abord, son domicile au Boulevard des chasseurs, puis je continuais pendant une dizaine de minutes pour rejoindre le mien. Cette petite demi-heure, en début de chaque soir, que nous partagions ensembles, a été, à mon sens, la plus bénéfique de mon point de vue personnel. Je n’ai d’ailleurs pas assez de mots pour remercier sa gratitude et générosité pour m’apprendre tout les évènements et anecdotes qui entouraient monde musical, me chatonnant souvent des çan`ât et autres compositions de ce patrimoine traditionnel qui lui était particulièrement cher. Souvent aussi, nous passions de longues après-midi chez lui pour m’apprendre des choses nouvelles et raffiner ma propre technique.
 
3 - Quel a été son apport pour NEA ?
 Considérable, sans le moindre doute. NEA doit énormément à l’apport direct de Hadj Bachir Zerrouki, et on ne pourrait jamais le remercier suffisamment pour son rôle important et la part substantielle dans notre apprentissage du patrimoine musical. Après Mahmoud Ben-Sari, mon premier maître personnel, c’est Hadj Bachir Zerrouki qui était le moteur principal derrière l’apprentissage continu de NEA.
 
4 - Avait-il les qualifications d’un Cheikh ?
 
 Bien que le terme de Cheikh, dans l’absolu, implique une espèce de relation directe avec des élèves et des disciples, où un Cheikh dispense des leçons régulières, Hadj Bachir Zerrouki, bien qu’en marge d’un enseignement conventionnel de cette sorte, n’en est pas moins, et sans aucune ambiguïté, un Cheikh à part entière, puisque par exemple, NEA lui doit une partie majeure de son apprentissage et de ses connaissances, de manière relativement directe.
 Cet apprentissage, dont j’ai eu le privilège d’être le vecteur principal, s’est fait tout d’abord à travers ma propre personne pendant plus d’une douzaine d’années, puis à travers mon regretté compagnon intime et frère de longue haleine: Dr. Mohammed Amine Mesli (Rahimahou Allah) qui avait pris le relai en devenant un chef d’orchestre exemplaire au sein de NEA. Son travail est toujours là pour en témoigner.
 A coté de ces deux élèves de Cheikh Hadj Bachir Zerrouki que je viens de citer, (Amine Mesli, et ma propre personne), n’oublions surtout pas un autre élève, sur le même pied d’égalité d’ailleurs, un mélomane hautement apprécié, assidu et dynamique, qui n’est autre que votre invité du jour, le Docteur et Cheikh Amine Kalfat, qui est un autre frère intime de longue date que j’ai eu la chance de côtoyer, et dont le père Hadj Mahmoud Kalfat fut responsable pour mon apprentissage personnel de plusieurs morceaux, dont, un medh favori de mon arrière grand-père, Cheikh Abdeslam Ben-Sari, celui de : Bijahi et-Tijânî enregistré à la RTA d’Oran en 1977.
 Je profite donc de cette occasion pour adresser à un de ces rares Cheikh de nos jours, dont la compétence demeure incontestable, doublée d’une modestie et d’une humilité exemplaire, ce Cheikh, Dr. Amine Kalfat, je lui adresse mes pensées les plus sincères et lui exprime toute ma gratitude pour ses efforts personnels, d’avoir réussi à passer le message à une pépinière prometteuse, dont ses propres enfants et neveux. 
 
5 – Quelle était la place de Bachir Zerrouki dans l’ensemble de CLBS ?
 Là il n’y a pas de secret. La maitrise instrumentale et vocale de Hadj Bachir Zerrouki, avec une voix mélodieuse, veloutée, captivante et ensorcelante, qui a bercé les oreilles de nombreux mélomanes amoureux de ce patrimoine, ont fait de Hadj Bachir une pièce maitresse irremplaçable dans l’ensemble de CLBS, ce qui rendait ainsi, la compétition difficile pour d’autres musiciens. N’oublions pas aussi de mentionner et remercier d’autres maitres talentueux comme Hadj Mustapha Bereksi, que je salue personnellement, Boumédiène Benqbil, Abdelghani Malti, Kheireddine Ben-Aboura (Rahimahoum Allah ajma`în).
En plus de ses talents de soliste et d’instrumentiste remarquable, n’oublions pas aussi que Hadj Bachir Zerrouki était doté d’une mémoire phénoménale, car je ne l’ai jamais vu consulter un document quelconque lors de mon apprentissage personnel avec lui, que ce soit dans la çan à, le Hawzî ou le Madîh.
 
 En résumé, Hadj Bachir Zerrouki (Rahimahoumou Allah) était un Cheikh exemplaire, qui a laissé une empreinte permanente et indélébile sur la musique classique de l’école de Tlemcen.
 
6 - Remerciements.
 A titre personnel, et au nom de tous les mélomanes et érudits de notre culture, de notre ville d’Oran et de notre école-mère de l’ancienne capitale Zianide : Tlemcen, je tiens à remercier toute l’équipe de Radio Oran, plus particulièrement son Directeur et tous les techniciens responsables qui œuvrent quotidiennement pour nous faire parvenir les ondes de Wahran Al-Bahia jusqu’aux 4 coins du monde, en passant par Houston au Texas d’où je vous parle en ce moment.
N’oublions pas aussi notre ami Mokhtar Allal pour tous les efforts et sacrifices personnels qu’il met en motion pour nous présenter des émissions aussi captivantes qui nous retrempent dans la nostalgie de notre terroir qui nous est si cher.
 
7 - Suggestions.                                
 Bien que notre première préférence soit tout d’abord d’écouter de la musique à Radio Bahia, n’oublions pas aussi que la mission culturelle de cette émission et de cette Radio devrait aller au-delà de l’écoute de la musique seule, et aller au-delà de notre satisfaction égocentrique.
 Pour un grand nombre de mélomanes et de jeunes, assoiffés d’en savoir plus sur leur propre culture, il serait grandement souhaitable d’avoir des tables rondes, où les invités pourraient partager leurs connaissances et expériences directes dans ce domaine de notre culture. Ceci est d’autant plus vital et nécessaire, puisqu’en fait, il n’existe pas de documentation écrite sur cette musique ou sur son contexte socio-historique. 
 Je n’ai aucun doute que les responsables de cette émission au niveau de Radio-Oran comprennent parfaitement la nécessité impérieuse et la noblesse d’une telle mission culturelle.
Dr. Yahia Ghoul


Zerrouki-30JPG.JPG
1-       Md. Amine Mesli                        9- Benalj Ali                                17- Ghoul Belkacem
2-       Hamedi Fethi                             10- Addou Mehdi                        18- Mokaddem Mohammed
3-       Bestaoui Mahmoud                   11- Hamedi Rachid                     19- Kalaïdji Abderrahmane
4-       BenMrah Fouad                        12- Gaouar Benali                       20- Ali-Chaouche Md. Amine
5-       Diab Rachid                              13- Chiali Abdeslam                     21- Ghaffour Abdelkader
6-       Boudia Hami                             14-  Zerrouki Bachir                 22- Gaouar Benali
7-       Kerroum Abderrahim                15-  Ghoul Yahia                         23- Hadj-Allal Fouad
8-       Ghoul Abdelghani                     16- Dr. Tedjini Haddam                24- Berrached Nasreddine

Photos: Dr. Yahia Ghoul (Tunisie 1972)

Cheikh Bachir Zerrouki à la mandole, accompagné de Dr Yahia Ghoul à la derbouka

Commenter cet article

brikci-tani farid 08/11/2007 21:02

allah atik assaha pour ton blog.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents