Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Andaloussiate

Andaloussiate


A la mémoire de Amine Mesli

Publié par Andaloussiate sur 3 Avril 2007, 10:59am

Catégories : #Manifs Culturelles & Festivals

Hommage à feu Cheikh Mohamed Amine Mesli

(16/02/1955- 02/04/2006)

 
Programme :
 
* Jeudi 5 avril 2007 : le siège de l’association Nassim El Andalous ouvrira ses portes dès 10 heures à tous les mélomanes et curieux.
- A partir de 16h : Présentation du maître Amine Mesli (discussion et collation).
- A partir de 21h : Soirée musicale à la salle Es-Saâda (ex.Colisée), animée par :
L’association Nassim El Andalous & l’association « Les Airs Andalous » de Paris.
* Vendredi 6 avril 2007 : Recueillement sur la tombe du défunt au cimetière de Ain Beida (Oran) à 10 heures.
 
 
 
Témoignage de Dr. Amine Dali Youcef, président de Nassim El Andalous :
Le 02 Avril 2006 s’est éteint à l’age de 51 ans un jeune Cheikh de la musique andalouse de l’école de Tlemcen ; ce fut la triste nouvelle de la mort de Amine Mesli après une longue maladie, triste nouvelle pour la famille Mesli de même pour sa deuxième famille Nassim El-Andalous que pour toute la famille andalouse, nous avons tous perdu un ami, un frère, un maître.
Chirurgien-dentiste de profession, major de sa promotion par ailleurs, est né à Tlemcen d’une famille aristocratique qui, dés son installation à Oran, a permis à Amine de s’intégrés en 1972 l’orchestre Nassim El-Andalous dirigé alors par Yahia Ghoul.
Que dire de Amine, sinon qu’il a toujours été un grand pilier de l’association Nassim El-Andalous ; en effet il a commencé à faire un travail de titan à savoir collecter et enregistrer tout le répertoire de l’école de Tlemcen concernant la sanâa, le hawzi, le gherbi et le mdih. Travail qu’il ne cessé de faire jusqu’à sa mort.
Fidèle à Cheikh Larbi et Redouane qui restent la référence pour nous- et pour le souci de l’enseignement, Amine a pu classer à travers les différents enregistrements de Redouane tous les hawzi, les gherbi et le mdih ; quant à la sanâa il a pu répertorier tous les morceaux d’une même nouba en une seule «  nouba » comme s’ils sont interprétés en un seul moment. Ce travail a nécessité bien sûr beaucoup de patience et d’abnégation.
Son sérieux, et ce travail lui a permis d’énergie au sein de l’orchestre car au départ de Yahia Ghoul aux Etats-Unis pour ses études, la chefferie de l’orchestre fût confiée à Amine MESLI. Et le choix de Yahia été judicieux car outre ce que pouvait ramener Amine par ses enregistrements, sa stature, son sérieux et sa personnalité cadraient avec sa nouvelle fonction dans l’orchestre. De part son caractère, tout ce qu’il pouvait entreprendre, il doit le faire correctement et le réussir ; c’est dire tout son sérieux pour la préparation de nouba et du hawzi ; c’était un véritable magnétophone. Je le vois encore assis sur la chaise en face de nous avec toute sa prestance, parfois la sévérité ou le sourire, imposant le respect enseigner vers par vers les morceaux suivant le mizane, les notes justes ; la discussion est permise bien sûr, mais il a toujours le dernier mot car il possède la source- Et les morceaux choisis sont les plus difficiles forcement les plus beaux.
Que dire aussi de Amine, qu’il était non seulement Chenille ouvrière de l’orchestre mais aussi au sein de l’administration de l’association ; il a été tantôt Président tantôt Vice-Président.
J’ai pu avancer au tout début qu’il s’agissait d’un cheikh ; en effet pour plusieurs raisons. D’abord il possédait une magnétothèque des plus riche sinon la plus riche en musique andalouse et hawzi, donc la matière existe et surtout que sans arrêt il était à l’écoute chez lui dans sa maison, chez lui dans son cabinet tout en travaillant, en suite en tant que chef d’orchestre et responsable il s’était donné le devoir de mettre à la surface tous les morceaux en voix de disparition et les morceaux difficiles, quant il y’a hésitation Amine allait consulter les vieux maîtres tels, Bachir Zerrouki, Mustapha Bendimered et à Tlemcen souvent Mustapha BrixiI; c’est dire tout le travail de préparation et de mise au point avant de l’enseigner ; et à cela toute l’école tlemcènienne lui est redevable. Il a donc appris un maximum aussi bien dans la sanâa que le hawzi.
Cheikh aussi par ce qu’il était maître dans l’interprétation de la nouba, le hawzi, le gherbi ou le mdih. L’on peut apprécier sa façon de diriger si l’on écoute les 2 compacts disques enregistrés sous sa houlette. Le premier avec Radio France sur la nouba Sika et le deuxième avec Ocora en France sur le mode h’sine et des morceaux de hawzi. De ce fait Nassim El-Andalous a connu ses meilleurs moments tant sur le plan national qu’à l’étranger; une des consécrations a été le passage à l’Opéra Garnier à Paris.
Et c’est grâce à la force de son caractère avec toute la foi qui l’animait il a accepté tous les traitements proposés pour sa maladie et pendant six ans il s’est battu, véritable djihad, convaincu qu’il pouvait guérir.
Nous ne pouvons que nous incliner devant son courage et la volonté divine.
إن لله وإنا إليه راجعون

Commenter cet article

kherrous 14/05/2007 12:22

chers amis, Peut-être ave c un peu de retard, nous il fallez le faire. D'abord le regretté Amine a toujoiurs été un ami de longue date de darelgharnatia, et nos souvenirs de ses nombreux passages à koléa sont nombrfeux . Comme il a été un frère pour notre regretté Maheiddine Bellouti Président de DEG, nous tenons içi à témoigner que Amine à oeuvrer inlassablement pour notre chère musique, coimme il a été un élèment essentiel de nassim el andalous, son image resteras pour toujours innoubliable . Notre rôle maintenant consiste à laisser toiujours allumée cette flamme. Encore une fois Amine tu es dans nos coeurs. Mr KBoualem, Président de DEG

Chawki Belkhodja 06/04/2007 22:52

J'ai pu assisté personnellement à une répétition aux locaux de Nasim al andalous a Oran. Je me trouvais par hasard a Oran et je me suis rendu pour voir un ami. Le groupe préparait une nouba de Rasd. Cheikh Amine Mesli allah yerhmou, dirigeait la séance et je me rappelle très bien qu'il insistait sur un quelques notes musicales du mçadar Mali el ghamam. j'ai pu constater à quel point il était soucieux du détail. Ce jour là est resté gravé dans ma memoire.
Allah yerhmou

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents